L’après Charlie - entre tristesse et colère



Comme de nombreuses personnes, je n’ai jamais acheté Charlie Hebdo de ma vie. En revanche, j’ai déjà apprécié à plusieurs reprises la lecture d’un bon Canard Enchaîné (dont certaines des caricatures étaient réalisées par des journalistes de Charlie Hebdo).  Mais j’avais décidé de ne pas faire d’articles lors des attaques meurtrières contre Charlie Hebdo et de ne pas  changer mes photos de profil pour un « je suis Charlie ». Et pourtant, je condamne fermement ces attaques et tous les commentaires du genre « mais ils l’ont cherché ». Pourquoi ai-je choisi de ne pas afficher d’image « je suis Charlie » ? Parce que je considère que la liberté d’expression est un combat au quotidien, une attitude et non pas une image « je suis Charlie » sur un mur pendant 3 semaines.


Attention, je ne critique pas les personnes qui ont posté des « Je suis Charlie », loin de là.   Mais pour moi, il est difficile de parler de liberté d’expression d’un côté et  de mettre en  garde à vue  Dieudonnée pour une mauvaise blague sur la tragédie Charlie Hebdo de l’autre. Pour moi, ce mec n’est pas une menace pour la sécurité nationale.

J’ai également été choquée de voir que certaines personnes ont attaqué verbalement une journaliste anglaise qui a refusé de montrer les caricatures françaises. Si cette journaliste de SkyNews ne montre jamais de caricature dans son journal, pourquoi devrait-elle montrer celle de Charlie Hebdo. Sky News a le droit d’avoir sa ligne éditoriale non ?  

Est-ce aujourd’hui en France la liberté d’expression consiste à adorer publiquement des caricatures et à condamner toutes les personnes qui n’aiment pas ces caricatures ? Doit-on choisir entre "penser tout comme Charlie à 100%" et les terroristes ?  Faut-il nécessairement en faire des tonnes pour condamner un acte ?  Il est temps de se foutre une claque et de recommencer à réfléchir.  Charlie Hebdo était lu par 50 000 personnes, leur idéologie n’était clairement pas majoritaire en France.  Moi par exemple (oui c’est mon blog, il y a beaucoup de « moi » ici, il va falloir vous habituer), je pense que chacun devrait être libre de faire des caricatures religieuses. Bien qu’étant moi-même religieuse, ça ne me dérange pas, (sauf si l’intention derrière est mauvaise et vise à diviser les peuples). En revanche, en tant que citoyenne,  j’estime avoir le droit de choisir d’aimer ou de ne pas aimer des caricatures religieuses. Et cette journaliste de SkyNews a fait son choix (surement en accord avec la direction de la chaine) et nous devons le respecter.  Le Pape n’est pas d’accord avec les caricatures religieuses. Est-il terroriste pour autant ? Je ne pense pas non.

A mes yeux la liberté d’expression c’est accepter que l’autre pense différemment tant qu’il ne nous force pas à penser la même chose. Je ne sais pas si c’est le choc du drame, mais j’ai l’impression que l’on répond à l’extrémisme par l’extrémisme. Jon Stewart explique d’ailleurs très bien l’hypocrisie qui touche un peu la France en ce moment. Si ça vous intéresse, je vous conseille la lecture de cet article sur Slate.fr.

Quant à l’unité nationale, laissez-moi rire. Poster des « Je suis Charlie » sur son blog ou sa page Facebook n’est  (pour moi) pas compatible avec certains propos haineux, racistes, violents (ou tout simplement moutonnier) que j’ai pu lire au cours de ces derniers jours.

J’ai naïvement espéré que la tragédie nous ferait prendre conscience que nous sommes tous dans le même sac.  Les morts de début janvier sont tous français. Mais face à la parole raciste qui se libère, il me semble nécessaire de rappeler que parmi les morts il y avait des français d’origines « arabes », et « musulmans », alors pourquoi les pointer du doigt ? Ce racisme me dégoûte, et ça ne peut pas être l’esprit Charlie.

Ce que je veux dire c’est RÉVEILLONS NOUS. Ne nous contentons pas de marcher « contre le terrorisme », marchons contre le terrorisme ET demandons à nos hommes politiques, des actes et des explications*.

Sur ces mots, je vous laisse, je vais danser.


* Exemple : Demandons leur pourquoi ils qualifient leurs homologues de « dictateurs » le lundi, leurs vendent des armes le mardi, les invitent à diner le mercredi pour mieux les enfoncer le jeudi ? Je suis sure que si nous ne les laissions pas faire, leurs attitudes seraient bien différentes.

You Might Also Like

6 commentaires

  1. Je suis tout a fait d'accord avec toi, quelle beau article !!!
    Bises
    www.chicmode8.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. Complètement d'accord avec toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais peur de m'attirer les foudres de certaines personnes avec cet article mais je constate que ce n'est pas le cas ; ) merci de ton avis ;)

      Supprimer
  3. Tu as raison, c'était encore un effet de masse ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant c'est tout le temps qu'on devrait se battre contre le terrorisme. Merci de ton avis Emilie ;)

      Supprimer