Apprendre à se servir de l'information en continu


L'information en continu n'est pas une mauvaise chose. Avoir accès aux informations à tout heure du jour et de la nuit est même une excellente chose.

A l'époque ou les journaux TV passaient à heure fixe sans possibilité de replay, et que les journaux gratuits n'existaient pas (oui, avant 20 minutes et internet, je crois que cette période s'appelle la Préhistoire ou le Moyen Age), s'informer convenablement nécessitait d'être devant sa TV à une heure précise ou d'avoir un budget consacré à la presse écrite.

Aujourd'hui ce n'est plus le cas, on peut s'informer gratuitement au moment de la journée qui nous convient le mieux, et c'est génial.

Le problème, c'est que nous utilisons mal les infos en continu. Ce n'est pas parce qu'une information est reprise 10 fois par jour pendant 10 jours qu'elle est 100 fois plus grave. Çà parait évident, mais il est parfois difficile de se détacher d'un événement qui est repris en boucle, avec des images choquantes qui nous marquent chaque fois un peu plus,

Mais nous devons comprendre que les chaines et journaux d'informations privés (tous, pas seulement ceux qui font de l'info en continu) sont des entreprises qui doivent faire un maximum d'audience pour avoir un maximum de revenus publicitaires. Et pour maximiser l'audience, nos médias n'hésitent pas à utiliser des titres racoleurs et à parler uniquement de ce qui provoque des sensations fortes (peur, joie, colère...) car c'est ce qui se attire le plus. C'est pour cela qu'elles en font parfois des tonnes sur des sujets qui devrait être traités avec un peu plus de pudeur et de respect**. C'est ce qu'on appelle l'information spectacle, et c'est mal car ça nous empêche de prendre du recul.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas se fier aux chaines d'informations en continu  et à la presse écrite internet gratuite, mais il me parait essentiel de  savoir si les médias que je regarde ont une mission de service public ou a une obligation de rentabilité, car le traitement de l'information ne sera pas le même.

En ce qui me concerne, savoir que l’émission que je regarde ne sera pas jugée sur la qualité de l'information donnée mais sur le fric qu'elle génère me permet de prendre un peu de recul sur les déclarations (parfois théâtrales) des animateurs.***

J'aime aussi savoir si les directeurs des médias sont amis avec certains hommes politiques au pouvoir ou en campagne électoral.

J'ai volontairement cité aucun média pour trois raisons:
1) Je ne souhaite absolument pas vous dire ce que vous devez lire/regarder*****,
2) Il serait injuste de n'en citer que quelques uns alors que les medias qui privilégient le spectacle à l'information sont nombreux.
3)Aucun média ne peut être neutre à 100% , il faut donc varier les sources.

Voilà, c'était ma petite réflexion du jour que je considère absolument pas comme une vérité absolue. Et vous, quel est votre rapport à l'information ?


*Oui, je m'inclus là dedans, j'ai été piégée moi aussi.
** Oui, c'est un avis personnel. Mais j'ai du mal à croire que quelqu'un (autre qu'un journaliste) trouve ça normal d'interviewer un homme à côté du cadavre de sa femme décédée il y a quelques minutes à peine.
*** Quand ce n'est plus du journalisme, on ne peut plus parler de "journaliste".
**** Tant que vous lisez mon blog, ça me va ^^.


You Might Also Like

4 commentaires

  1. Je limite au maximum les chaines en continue que je trouve hyper anxiogène,avec une information pas toujours de qualité. J’essaie de trouver des informations de sources différentes pour avoir des points de vus contraires. Enfin quand j'ai le temps...

    RépondreSupprimer
  2. Au moment des attentats Chalie et Hyper, j'ai regardé en boucle... pendant des jours... j'ai réalisé que, bien plus que m'informer, ça me faisait flipper. Aujourd'hui je regarde... de temps en temps... un journal... et j'éteins. c'est moins violent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas différente des autres, ça m'est arrivé aussi (bien trop souvent).

      Supprimer